Инфоурок Иностранные языки Другие методич. материалыТекст спектакля по пьесе Мориса Метерлинка "СИНЯЯ ПТИЦА" на французском языке

Текст спектакля по пьесе Мориса Метерлинка "СИНЯЯ ПТИЦА" на французском языке

Скачать материал

ACTE PREMIER

 

TYLTYL. – Mytyl ?

 

MYTYL. – Tyltyl ?

 

TYLTYL. – Tu ne dors pas ?

 

MYTYL. – Et toi ?… Maman…!

 

TYLTYL. –Je ne dors pas puisque je te parle…

 

MYTYL. – C’est Noël, ?

 

TYLTYL.  On voit tout !…

 

MYTYL – Je ne vois pas…

 

TYLTYL. – Il neige !…

 

MYTYL. – Mais j’ai pas du tout de place !… Maman…!

 

TYLTYL. – Tais-toi donc. On voit l’arbre !… On entend la musique ?...On joue aux boules de neige

 

MYTYL. – Jouons  aussi!

 

TYLTYL. – (On frappe.) Qu’est-ce que c’est ?…

 

MYTYL (épouvantée). – C’est Papa !…

 

 

LA FÉE. – Avez-vous ici l’herbe qui chante ou l’oiseau qui est bleu ?…

 

TYLTYL. – Nous avons l’herbe mais elle ne chante pas…

 

MYTYL. – Tyltyl a un oiseau.

 

TYLTYL. – Mais je ne peux pas le donner…

 

LA FÉE. – Pourquoi…

 

TYLTYL. – Parce qu’il est à moi.

 

LA FÉE. – C’est une raison, bien sûr.– Je n’en veux pas ; il n’est pas assez bleu. Il faudra que vous alliez me chercher celui dont j’ai besoin.

 

TYLTYL. – Mais je ne sais pas où il est…

 

 

LA FÉE. – Moi non plus. C’est pourquoi il faut le chercher. C’est pour ma fille qui est très malade.

 

TYLTYL. – Qu’est-ce qu’elle a ?…

 

LA FÉE. – On ne sait pas; elle voudrait être heureuse…

 

TYLTYL. – Ah ?…

 

LA FÉE. – Savez-vous qui je suis ?…

 

TYLTYL. – Vous ressemblez un peu à notre voisine, ma-dame Berlingot…

 

LA FÉE (se fâchant subitement) . C’est abominable !… Je suis la Fée Bérylune… (se fâchant subitement). Comment me vois-tu ?… Comment donc suis-je faite ?… (Silence gêné de Tyltyl.) Eh bien, répondras-tu ?… que je sache si tu vois ?… Suis-je belle ou bien laide ?… (Silence de plus en plus embarrassé.) Tu ne veux pas répondre ?… Suis-je jeune ou bien vieille ?… Suis-je rose ou bien jaune ? J’ai peut-être une bosse ?…

 

TYLTYL (conciliant). Non, non, elle n’est pas grande…

 

LA FÉE. – Mais si, à voir ton air, on la croirait énorme… C’est bien curieux, les hommes… Depuis la mort des fées, ils n’y voient plus du tout et ne s’en doutent point… Heureuse-ment que j’ai toujours sur moi tout ce qu’il faut pour rallumer les yeux éteints… Qu’est-ce que je tire de mon sac ?…

 

MYTYL. – Oh ! Ce sont des lunettes…

 

LA FÉE. -  Ce sont des lunettes virtuelles. As-tu un ordinateur

 

 TYLTYL. – Ah !… Mais la mère…

 

LA FÉE. –Tiens, comme ceci, vois-tu ?…  elles ouvrent les yeux…

 

MYTYL. – Ça ne fait pas mal ?…

 

LA FÉE. – Au contraire … On voit à l’instant ce qu’il y a dans les choses ; l’âme du pain, du vin, du poivre, par exemple…

 

MYTYL. – Est-ce qu’on voit aussi l’âme du sucre ?…

 

LA FÉE (subitement fâchée). – Je n’aime pas les questions inutiles… L’âme du sucre n’est pas plus intéressante que celle du poivre… Voilà, je vous donne ce que j’ai pour vous aider dans la recherche de l’Oiseau Bleu…

 

1 ПЕРЕСТАНОВКА

 

TYLTYL. – Qu’est-ce que c’est que ce vilain bonhomme ?…

 

LA FÉE. -  Rien de grave ; c’est l’âme de Pain

 

TYLTYL. – Et le grand diable rouge?…

 

LA FÉE. Chut !… Ne parle pas trop haut, c’est le Feu… Il a mauvais caractère.

 

TYLTYL. – Et la dame mouillée ?…

 

LA FÉE. – N’aie pas peur, c’est l’Eau qui sort du robinet…

 

LE CHIEN (hurlant, sautant, bousculant tout, insuppor-table). – Mon petit dieu !… Bonjour ! bonjour, mon petit dieu !… Enfin, enfin, on peut parler ! J’avais tant de choses à te dire !… Bonjour ! bonjour !… Je t’aime !… Je t’aime… Veux-tu que je fasse quelque chose d’étonnant ?…

 

TYLTYL (à la Fée). – Qu’est-ce que c’est que ce monsieur?…

 

LA FÉE. – Mais tu ne vois  pas ?… C’est l’âme de Tylô …

 

LA CHATTE (s’approchant de Mytyl et lui tendant la main, cérémonieusement, avec circonspection). – Bonjour, mademoiselle… Que vous êtes jolie ce matin !…

 

MYTYL. – Bonjour, madame… (À la Fée.) Qui est-ce…

 

LA FÉE. – C’est facile à voir ; c’est l’âme de Tylette …

 

LE CHIEN (bousculant la Chatte). Moi aussi !… J’embrasse le petit dieu !… J’embrasse la petite fille !… J’embrasse tout le monde !…

 

LA CHATTE. – Monsieur, je ne vous connais pas…

 

MYTYL (avec inquiétude). – Que veut-elle ?…

 

LA FÉE. – Mais c’est l’âme du Sucre !…

 

TYLTYL. – C’est la Reine !

 

MYTYL. – C’est la Sainte Vierge !…

 

LA FÉE. – Non, mes enfants, c’est la Lumière…

 

TYLTYL (effrayé). – C’est Papa !…

 

LA FÉE. – Enleve des lunettes !… Pas si vite !… Mon Dieu ! Il est trop tard !… Tu les as enlevé trop vite.

 

LE PAIN (tout en larmes). Il n’y a plus de place dans la huche !…Il me mangera le premier !…

 

LE CHIEN (gambadant autour de Tyltyl). Mon petit Dieu !… Je suis encore ici ! Encore ! encore ! encore !…

 

LE FEU (qui n’a cessé de parcourir vertigineusement la pièce en poussant des sifflements d’angoisse). Je ne trouve plus ma cheminée !…

 

L’EAU (qui tente vainement de rentrer dans le robinet). – Je ne peux plus rentrer dans le robinet !…

 

LE SUCRE (qui s’agite autour de son enveloppe de pa-pier). – J’ai crevé mon papier d’emballage !…

 

LA CHATTE. –Que va-t-il arriver ? Est-ce que c’est dangereux ?

 

LA FÉE. – Mon Dieu, je dois vous dire la vérité : tous ceux qui accompagneront les enfants, mourront à la fin du voyage…

 

LA CHATTE. – Et ceux qui ne les accompagneront pas ?…

 

LA FÉE. – Ils survivront quelques minutes…

 

LA CHATTE (au Chien). – Je m’en vais…..

 

LE CHIEN. – Non, non !… Je ne veux pas !… Je veux accompagner le petit dieu !…

 

LA CHATTE. – Imbécile !

 

LE PAIN (pleurant à chaudes larmes). Je ne veux pas mourir à la fin du voyage !… Je veux rentrer tout de suite dans ma huche !…

TOUS (à l’exception du Chien et de la Lumière). – Oui ! oui ! Tout de suite !… Mon robinet !… Ma huche !… Ma chemi-née…Mon emballage !…

 

 

LA FÉE. – Sont-ils bêtes, mon Dieu !… Vous aimeriez donc mieux continuer de vivre dans vos vilaines boîtes, dans vos robinets que d’accompagner les enfants a la recherche de l’Oiseau bleu?…

 

TOUS (à l’exception du Chien et de la Lumière). – Oui ! oui ! Tout de suite !… Mon robinet !… Ma huche !… Ma chemi-née… Mon emballage!…

 

LA FÉE (à la Lumière qui regarde rêveusement les débris de sa lampe). – Et toi, la Lumière, qu’en dis-tu ?…

 

LA LUMIÈRE. – J’accompagnerai les enfants…

 

LE CHIEN (hurlant de joie). – Moi aussi ! moi aussi !…

 

LA FÉE. – Voilà qui est des mieux. Du reste, il est trop tard pour reculer ; vous n’avez plus le choix, vous sortirez tous avec nous… Mais toi, le Feu, ne t’approche de personne, toi, le Chien, ne taquine pas la Chatte, et toi, l’Eau, tiens-toi droite et tâche de ne pas couler partout… Vite, vite, ne perdons pas de temps…

 

 

ACTE DEUXIÈME

 

LA CHATTE. – Voyons, c’est assez bavardé, le temps presse… Il s’agit de notre avenir… Vous l’avez entendu, la Fée vient de le dire, la fin de ce voyage marquera en même temps la fin de notre vie… Il s’agit donc de le prolonger autant que possible et par tous les moyens possibles…

 

LE PAIN. – Bravo ! bravo !… La Chatte a raison !…

 

LA CHATTE. – Écoutez- moi… Nous tous ici à présent, animaux, choses et éléments, nous possédons une âme que l’homme ne connaît pas encore. C’est pourquoi nous gardons un reste d’indépendance ; mais, s’il trouve l’Oiseau Bleu, il saura tout, et nous serons complètement à sa merci… C’est ce que vient de m’apprendre ma vieille amie la Nuit … Il est donc de notre intérêt d’empêcher à tout prix qu’on ne trouve cet oiseau, fallût-il aller jusqu’à mettre en péril la vie même des enfants…

 

LE CHIEN (indigné). –Répète!...

 

LE PAIN. – Silence !… Vous n’avez pas la parole !… Je préside l’assemblée…

 

LE FEU. – Qui vous a nommé président ?…

 

L’EAU (au Feu). – Silence !… De quoi vous mêlez-vous ?…

 

LE FEU. – Je me mêle de ce qu’il faut… Je n’ai pas d’observations à recevoir de vous…

 

LE SUCRE (conciliant). – Permettez… Ne nous querellons point… L’heure est grave… Il s’agit avant tout de s’entendre sur les mesures à prendre…

 

LE PAIN. – Je partage entièrement l’avis du Sucre et de la Chatte…

 

LE CHIEN. – C’est idiot !… Il y a l’Homme, voilà tout !… Vive l’Homme !… À la vie, à la mort, pour l’Homme !… l’Homme est dieu !…

 

LE PAIN. – Je partage entièrement l’avis du chien et de la chatte.

 

LE SUCRE (intervenant avec douceur). – Permettez… N’aigrissons pas la discussion… D’un certain point de vue, vous avez raison, l’un et l’autre… Il y a le pour et le contre…

 

LE PAIN. – Je partage entièrement l’avis du Sucre et…  !…

 

LA CHATTE. –Attention !… N’ayons l’air de rien… Je vois s’avancer la Fée, la Lumière et les enfants… La Lumière s’est mise du parti de l’Homme ; c’est notre pire ennemie… Les voici…

 

Entrent à droite, la Fée et la Lumière, suivies de Tyltyl et de Mytyl.

 

LA FÉE. – Eh bien ?… Qu’est-ce que c’est ?… Vous avez l’air de conspirer… Il est temps de se mettre en route…

2 ПЕРЕСТАНОВКА

Je viens de décider que la Lumière sera votre chef… Vous lui obéirez tous comme à moi-même … Les enfants visiteront ce soir leurs grands-parents qui sont morts… Vous ne les accompagnerez pas, par discrétion…

 

  LE PAYS DU SOUVENIR

 

MYTYL. – Tyltyl ?

 

TYLTYL. – Mytyl ?

 

TYLTYL. – С’est toi ?…?

 

 

MYTYL. – Où  sont PÉPÉ et MÉMÉ ?

 

TYLTYL. – Derrière le brouillard… Nous allons voir…

 

MYTYL. – Je ne vois rien du tout !… Je ne vois plus mes pieds ni mes mains… (Pleurnichant.) J’ai froid !… Je ne veux plus voyager… Je veux rentrer à la maison…

 

TYLTYL. – Ne pleure pas tout le temps, comme l’Eau… Tu es une grande petite fille !… Regarde, le brouillard se lève déjà… Nous allons voir ce qu’il y a dedans…

 

TYLTYL (les reconnaissant tout à coup). – C’est PÉPÉ et MÉMÉ !…

 

MYTYL (battant des mains). Oui ! oui !… PÉPÉ !… MÉMÉ!…

 

TYLTYL (encore un peu méfiant). – Attention… On ne sait pas encore s’ils remuent… Restons derrière l’arbre…

 

 

 

GRAND-MAMAN TYL. – J”ai une idée que nos petits-enfants qui sont encore en vie  vont nous voir aujourd’hui…

 

GRAND -PAPA TYL. – Bien sûr ; ils pensent à nous

 

TYLTYL et MYTYL (se précipitant de derrière le chêne). – PÉPÉ !… MÉMÉ!…

 

Les grands-parents et les enfants s’embrassent follement.

 

GRAND-MAMAN TYL. – Que tu es grandi, mon Tyltyl!

 

GRAND-PAPA TYL (caressant les cheveux de Mytyl). – Et Mytyl !…

 

Дедушка учит Тильтиля играть в гольф. Тильтиль делает бросок и попадает дедушке мячиком в глаз

 

GRAND-PAPA TYL (donnant à Tyltyl une gifle retentis-sante). – Voilà pour toi !…

 

TYLTYL (un instant déconcerté, mettant ensuite la main sur la joue, avec ravissement). – Oh ! les claques que tu donnais quand tu étais vivant… que ça fait du bien !… comme tout est à sa place !…

 

MYTYL. – Et voici le vieux merle !…

 

TYLTYL (remarquant avec stupéfaction que le merle est parfaitement bleu). – Mais il est bleu !… PÉPÉ , MÉMÉ!… voulez-vous me le donner ?…

 

 

GRAND-PAPA TYL. – Bien oui … Qu’en penses-tu, Maman Tyl ?…

 

GRAND- MAMAN TYL. – Bien sûr, bien sûr… Il ne fait que dormir…

 

GRAND -PAPA TYL. – Tu sais, je n’en réponds pas, de l’oiseau… Je crains bien qu’il ne puisse plus s’habituer à la vie agitée et qu’il ne revienne ici par le premier bon vent…

 

Dans la maison, l’horloge sonne huit heures.

 

GRAND-MAMAN TYL (stupéfaite).–Qu’est-ce que c’est ?…

 

GRAND-PAPA TYL. – Ma foi je ne sais pas… Ce doit être l’horloge…

 

GRAND-MAMAN TYL. – Ce n’est pas possible… Elle ne sonne jamais…

 

GRAND-PAPA TYL. – Parce que nous ne pensons plus à l’heure… Quelqu’un a-t-il pensé à l’heure ?…

 

TYLTYL. – Oui, c’est moi. Quelle heure est-il ?…

 

GRAND-PAPA TYL. –Elle a sonné huit heures.

 

TYLTYL. –Mytyl, nous n’avons pas de temps !…

 

GRAND-MAMAN TYL. –Encore quelques minutes !…

 

TYLTYL. – Non,ce n’est pas possible…Allons, Mytyl,allons !…

 

GRAND-MAMAN TYL. – Revenez tous les jours !…

 

TYLTYL. – Tiens ! l’oiseau n’est plus bleu ! Il est devenu noir!…

MYTYL. – Donne-moi la main, petit frère… J’ai bien peur et bien froid…    

         LE PALAIS DE LA NUIT

 

LA CHATTE (se laissant choir avec accablement sur les degrés de marbre). C’est moi, mère la Nuit… Je n’en peux plus…

 

LA NUIT. –Qu’est-ce qu’il est arrivé ?…

 

LA CHATTE. – Je vous ai déjà parlé du petit Tyltyl, il vient ici pour vous réclamer l’Oiseau Bleu…

 

LA NUIT. – Il ne le tient pas encore…

 

LA CHATTE. – Il le tiendra bientôt, si nous ne faisons pas quelque miracle… Voici ce qui se passe : la Lumière vient d’apprendre que l’Oiseau Bleu, le vrai, le seul qui puisse vivre à la clarté du jour, se cache ici, parmi les oiseaux bleus des songes qui se nourrissent des rayons de lune et meurent dès qu’ils voient le soleil…

 

LA NUIT. – Seigneur, seigneur !… En quels temps vivons-nous ! Je n’ai plus une minute de repos…

 

LA CHATTE. –Je ne vois qu’un moyen : comme ce sont des enfants, il faut leur faire une telle peur qu’ils n’oseront pas insister ni ouvrir la grande porte du fond, derrière laquelle se trouvent les oiseaux de la lune…

 

Entrent timidement à droite, au premier plan, Tyltyl, My-tyl, le Pain, le Sucre et le Chien.

 

LA CHATTE (se précipitant au-devant de Tyltyl). – Par ici, par ici, mon petit maître… J’ai prévenu la Nuit qui est enchan-tée de vous recevoir…

 

TYLTYL. – Bonjour, madame la Nuit…

 

LA NUIT (froissée). – Bonjour ? Je ne connais pas ça… Tu pourrais bien me dire : bonne nuit, ou tout au moins : bonsoir…La Chatte vient de me dire que vous venez ici pour chercher l’Oiseau Bleu ?…

 

TYLTYL. – Oui, madame

 

LA NUIT. – Je n’en sais rien, mon petit ami… il n’est pas ici… Je ne l’ai jamais vu…

 

MYTYL. – Si, si… La Lumière m’a dit qu’il est ici ; et elle sait ce qu’elle dit la Lumière…

 

TYLTYL. – Donnez-moi vos clefs ?…

 

LA NUIT. – Mais, mon petit ami, tu comprends bien | que je ne puis donner mes clefs| au premier venu…

 

MYTYL. – Vous n’avez pas le droit de les refuser à l’Homme … je le sais…

 

LA NUIT. – Qui te l’a dit ?…

 

TYLTYL. – La Lumière…

 

LA NUIT. – Encore la Lumière ! et toujours la Lumière !…

 

LE CHIEN. – HOUA!… HOUA!…

 

TYLTYL. – Tais-toi et tâche d’être poli… (À la Nuit.) donnez-moi vos clefs, s’il vous plaît…

 

 

LA NUIT (se résignant à l’inévitable). –Voici celle qui ouvre toutes les portes de la salle…

 

TYLTYL (prenant la clef et montant les premières marches). Qu’y a-t-il derrière cette porte ?…

 

LA NUIT. – Je crois que ce sont les Fantômes…

 

LE PAIN (claquant des dents). – Ce n’est pas que j’ai peur, mais ne croyez-vous pas qu’il serait préférable de ne pas ouvrir et de regarder par le trou de la serrure ?…

 

MYTYL (se mettant à pleurer tout à coup). – J’ai peur !… Où est le Sucre ?… Je veux rentrer à la maison !…

 

LE SUCRE (empressé, obséquieux). – Ici, mademoiselle, je suis ici… Ne pleurez pas. Je vais couper un de mes doigts pour vous offrir … (ТИЛЬТИЛЬ ОТКРЫВАЕТ ДВЕРЬ)

 

LA NUIT. – Vite ! vite !… Ferme la porte !…

 

TYLTYL – Qu’y a-t-il derrière cette porte ?…

 

LA NUIT. –Ouvre-la si ça te fait plaisir… Ce sont les Maladies…Elles sont bien tranquilles, les pauvres petites… L’Homme, depuis quelque temps, leur fait une telle guerre !… Surtout depuis la découverte des microbes… Ouvre donc, tu verras…

 

Tyltyl ouvre la porte toute grande. Rien ne paraît.

 

LE RHUME DE CERVEAU (éternuant, toussant et se mouchant). –Moi? Je suis le RHUME DE CERVEAU!!! Les medecins me persecute de moins et je me porte le mieux Mon temps n’est pas encore venu? Comment? je me suis trompé? c'est Noël!? C’est trop tôt... bien, bien... je pars, mais je reviendrai au printemps…

 

TYLTYL (allant à la porte voisine). Qu’y a-t-il derrière cette porte ?…

 

LA NUIT. – Prends garde… Ce sont les Guerres… Elles sont plus terribles et plus puissantes que jamais…

 

TYLTYL. – Vite ! vite !… Poussez donc !…

 

LA NUIT. –Pain, que faites-vous ?… Poussez tous !…

 

TYLTYL  Qu’y a-t-il derrière cette porte ?…

 

LA NUIT (gravement). – N’ouvre pas celle-ci…

 

TYLTYL. – Pourquoi ?…

 

LA NUIT. – Parce que c’est défendu…

 

TYLTYL. – C’est donc là que se cache l’Oiseau Bleu

 

LA NUIT (maternelle). – Écoute-moi, mon enfant… ne tente pas le Destin, n’ouvre pas cette porte…

 

TYLTYL (assez ébranlé). – Mais pourquoi ?…

 

LA NUIT. – Parce que je ne veux pas que tu te perdes…

 

Mytyl, tout en larmes, pousse des cris de terreur inarticu-lés et cherche à entraîner Tyltyl.

 

LE PAIN (claquant des dents). – Ne le faites pas, mon petit maître !… (Se jetant à genoux.) Ayez pitié de nous !… Je vous le demande à genoux… Vous voyez que la Nuit a raison…

 

          TYLTYL. – Je dois l’ouvrir…

 

 

MYTYL (trépignant parmi des sanglots). – Je ne veux pas !… Je ne veux pas !…

 

TYLTYL. –le Sucre et le Pain, prenez  Mytyl

 

LA NUIT. – Sauve qui peut !…

 

Elle fuit.

 

Ils se cachent derrière les colonnes à l’autre bout de la salle. Tyltyl reste seul avec le Chien, près de la porte monumen-tale.

 

LE CHIEN (haletant et hoquetant d’épouvante contenue).

 

– Moi, je reste, je reste… Je n’ai pas peur… Je reste !… Je reste !… Je reste…

 

TYLTYL (caressant le Chien). – C’est bien, Tylô, c’est bien !… Oh !… le ciel !… (Se re-tournant vers ceux qui ont fui.) Venez vite !… Ils sont là !… Des milliers d’oiseaux bleus ! Des millions !… Des milliards !…

 

LA NUIT. – Ils ne l’ont pas ?…

 

LA CHATTE. – Non… Je le vois là sur ce rayon de lune… Ils n’ont pas pu l’atteindre, il se tenait trop haut…

 

LA LUMIÈRE. – Eh bien, l’avez-vous pris ?…

 

TYLTYL. –Ils ne vivent plus… Ah ! non,!…

 

MYTYL. -  Qui les a tués ?…

 

LA LUMIÈRE (le serrant maternellement dans ses bras).

 

– Ne pleure pas, mon enfant… Tu n’as pas pris celui qui peut vivre en plein jour…

LE CHIEN– Est-ce qu’on peut les manger?…

 

LE ROYAUME DE L’AVENIR

 

 

MYTYL

Où sont le Sucre, la Chatte et le bon Pain?...

 

LA LUMIÈRE

Ils ne peuvent pas entrer ici

 

TYLTYL

Et le Chien ?...

 

LA LUMIÈRE

II n'est pas bon qu'il sache ce qui l'attend dans la suite des siècles...

 

MYTYL

Dieu que c'est beau tout ça!...

 

TYLTYL

Où sommes-nous?...

 

LA LUMIÈRE

Nous sommes dans le royaume de l'Avenir, au milieu des enfants qui ne sont pas encore nés.

 

TYLTYL

Qu'est-ce qu'ils font?...

 

LA LUMIÈRE

Ils attendent l'heure de leur naissance

 

TYLTYL

L'heure de leur naissance?...

 

 

 

LE TEMPS,

Ceux dont l'heure est sonnée sont-ils prêts?

 

DES ENFANTS BLEUS  Nous voici!... Nous voici!... Nous voici!...

 

LE TEMPS

Un à un !... Ce n'est pas ton tour!- Rentre, c'est pour demain... Toi non plus, rentre et reviens dans dix ans... Encore des médecins?- Il y en a déjà trop... Et les ingénieurs?- On veut un honnête homme, un seul, comme phénomène... Où donc est l'honnête homme?... C'est toi?- Tu as l'air bien chétif- tu ne vivras pas longtemps!... Et toi, qu'apportes-tu?- Rien du tout? les mains vides?... Alors on ne passe pas... Prépare quelque chose, un grand crime, si tu veux, ou une maladie, moi, cela m'est égal... mais il faut quelque chose... On demande un héros qui combatte l'Injustice; c'est toi, il faut partir

 

LES ENFANTS BLEUS

II ne veut pas, monsieur

 

LE TEMPS

Comment?... Il ne veut pas?... Pas de réclamations, nous n'avons pas le temps...

 

LE PETIT, (оля)

Non, non!... Je ne veux pas!... J'aime mieux ne pas naître!... J'aime mieux rester ici!

LE TEMPS

II ne s'agit pas de ça... Quand c'est l'heure, c'est l'heure !...

 

UN ENFANT, s'avançant (настя)

Oh! laissez-moi passer!... J'irai prendre sa place! On dit que mes parents sont vieux et m'attendent depuis si longtemps!

 

 

LE TEMPS

Pas de ça... L'heure est l'heure et le temps est le temps. L'un veut, l'autre refuse, c'est trop tôt, c'est trop tard  (окинув всех взглядом) Il en manque encore un... Toi, le petit qu'on appelle l'Amoureux, dis adieu à ta belle...

 

PREMIER ENFANT (коля)

Monsieur le Temps, laissez-moi partir avec elle!

 

DEUXIÈME ENFANT

Monsieur le Temps, laissez-moi rester avec lui! (лиза)

 

LE TEMPS

Сe n'est pas pour mourir, c'est pour vivre! Viens !...

 

PREMIER ENFANT

Un signe!... Un seul signe!... Dis-moi, comment te retrouver!...

 

DEUXIÈME ENFANT

Je t'aimerai toujours !...

 

 LE TEMPS, agitant ses clefs et sa faux

Assez! assez!... L'ancré est levée !...

 

TYLTYL– Qu’est-ce que c’est ?… Ce n’est pas eux qui chantent…

MYTYL – Oui, c’est le chant des Mères qui viennent à leur rencontre…

 

LE RÉVEIL

 

LA MÈRE TYL, d'une voix allègrement grondeuse

Debout, voyons, debout les petits paresseux!- Vous n'avez donc pas honte?... Huit heures sont sonnées, le soleil est déjà plus haut que la forêt!... Dieu! qu'ils dorment, qu'ils dorment!

 

Entre la Voisine, petite vieille qui ressemble à la Fée du premier acte, et qui marche en s'appuyant sur un bâton.

 

LA VOISINE

Bien le bonjour et bonne fête à tous !

 

TYLTYL

C'est la Fée Bérylune !

 

LA VOISINE

Bonjour, les enfants, ça va bien?...

 

TYLTYL

Madame la Fée Bérylune, je n'ai pas trouvé l'Oiseau bleu...

 

LA VOISINE

Berlingot, tu veux dire Berlingot

 

TYLTYL

Bérylune, Berlingot, comme vous voudrez, madame...

 

LA MÈRE TYL

À propos, comment  va ta petite fille ?

 

LA VOISINE

Le docteur dit que c'est les nerfs... Tout de même je sais bien ce qui la guérirait...

 

LA MÈRE TYL

Oui, je sais, c'est toujours l'oiseau de Tyltyl  Eh bien, Tyltyl, prete-le  enfin, à cette pauvre petite?

 

TYLTYL

Quoi, maman?...

LA MÈRE TYL

Ton oiseau...

TYLTYL

Tiens,  voila l'Oiseau bleu que nous avons cherché !... Nous sommes allés si loin et il était ici!... La voilà, madame Berlingot...

 

LA PETITE FILLE. Il est a moi ?

 

TYLTYL. Il est a toi ?

LA VOISINE, poussant la petite Fille dans les bras de Tyltyl

Allons, va, ma petite, va remercier Tyltyl...

 

LA MÈRE TYL

Eh bien, Tyltyl, qu'est-ce que t'as?... embrasse-la...   

(Кошка подкрадывается и птица улетает)

 

LA PETITE FILLE, poussant un cri de désespoir

Maman!... Il est parti!...

 

TYLTYL

Ce n'est rien... Ne pleure pas... Je le rattraperai... (S'avançant sur le devant de la scène et s'adressant au public.) Si quelqu'un le retrouve, voudrait-il nous le rendre?... Nous en avons besoin pour être heureux plus tard...

 

 

 

 

Просмотрено: 0%
Просмотрено: 0%
Скачать материал
Скачать материал
Скачать материал

Найдите материал к любому уроку, указав свой предмет (категорию), класс, учебник и тему:

6 090 454 материала в базе

Скачать материал

Другие материалы

Вам будут интересны эти курсы:

Оставьте свой комментарий

Авторизуйтесь, чтобы задавать вопросы.

  • Скачать материал
    • 08.01.2018 1460
    • DOCX 95 кбайт
    • 11 скачиваний
    • Оцените материал:
  • Настоящий материал опубликован пользователем Белая Ольга Борисовна. Инфоурок является информационным посредником и предоставляет пользователям возможность размещать на сайте методические материалы. Всю ответственность за опубликованные материалы, содержащиеся в них сведения, а также за соблюдение авторских прав несут пользователи, загрузившие материал на сайт

    Если Вы считаете, что материал нарушает авторские права либо по каким-то другим причинам должен быть удален с сайта, Вы можете оставить жалобу на материал.

    Удалить материал
  • Автор материала

    Белая Ольга Борисовна
    Белая Ольга Борисовна
    • На сайте: 8 лет и 2 месяца
    • Подписчики: 2
    • Всего просмотров: 11863
    • Всего материалов: 15

Ваша скидка на курсы

40%
Скидка для нового слушателя. Войдите на сайт, чтобы применить скидку к любому курсу
Курсы со скидкой